Archives de
Catégorie : Impressions sportives

Relation d’un événement cycliste, soit vu de l’intérieur en tant que participant (cyclosportive par exemple) ou au sein de l’organisation en tant que bénévole, soit vu de l’extérieur comme simple spectateur.

Le jargon du vélo

Le jargon du vélo

Chaque milieu socio-professionnel a son vocabulaire, ses expressions, son jargon, pas toujours compréhensibles pour ceux qui n’en font pas partie. C’est très utile pour se comprendre, mais le choix des mots et expressions, souvent particulièrement imagés, et même drôles, permet de rester entre initiés. Cela permet de cultiver un certain « ésotérisme » ou quelque chose qui y ressemble. Le cyclisme n’a pas échappé à cette règle et ce, dés les débuts de ce sport. N’est-ce pas Henri Desgrange lui-même qui parlait des « Géants de la route, cette noblesse du muscle » ? Les premiers a enrichir ce nouveau monde qu’était alors le vélo sont les coureurs, les membres de cette nouvelle confrérie. Suivront rapidement les journalistes et écrivains, par exemple Albert Londres, et plus près de nous Antoine Blondin.

Lire la suite Lire la suite

Vélo-loisir

Vélo-loisir

Avril, c’est normalement le mois de l’année où, les beaux jours aidant, beaucoup d’hommes et de femmes reprennent l’envie de refaire des sorties de vélo. Cette année c’est raté, ce mois d’avril étant particulièrement pourri: pluies fréquentes, retour de la neige dans certaines régions, fortes baisses des températures. Mais le mois de mars, étonnament beau, a permis à beaucoup de dépendre le vélo pour reprendre une activité physique et retrouver, sans les contraintes de ceux qui font du vélo leur SPORT,  les plaisirs tous simples des balades, seuls ou entre copains, même si l’absence d’enjeux en terme d’objectifs n’empêchent pas de savoir parfois « se faire mal » sur sa machine.

Sur les petites routes bourguignonnes

Vous l’aurez compris, cet article ne concerne pas les cyclosportifs, ni même les cyclotouristes qui sont très aguerris dans l’approche de leur pratique sportive et qui ont repris il y a déjà longtemps l’entraînement. Aujourd’hui, je souhaite tout simplement m’adresser à vous tous qui faitent du vélo uniquement pour garder – ou retrouver – la forme: c’est le vélo-loisir. En discutant autour de moi, je note que vous effectuez de 500 à 2000 kms par an, généralement le week-end et pendant les vacances. La performance n’est pas un objectif en soi, mais comme presque tout le monde, vous appréciez de ressentir de bonnes sensations, et vous n’êtes pas insensible au fait d’améliorer d’une année sur l’autre le temps que vous mettez pour faire tel parcours ou grimper le petit col près de chez vous. Ceci pour dire que, même si l’esprit de compétition est loin de votre pratique, et que le vélo n’est qu’un moyen pour faire un peu de sport, cela ne s’improvise pas. En effet, pour que sortir le vélo ne se transforme pas en galère, un minimum d’attention est à apporter à divers points.

Personnellement, je pense qu’en dehors d’une pratique qui nécessite ou recommande l’obtention d’un certificat médical, la visite auprès de votre médecin-traitant est utile d’autant plus si vous reprennez une activité physique après quelques années plus sédentaires.

Ensuite, une revue de matériel s’impose. Si votre équipement est très ancien, cela peut être l’occasion de le renouveler. A ce sujet, il faut savoir que l’on trouve sur le marché des vélos de route très intéressants – en terme d’équipements – à des tarifs raisonnables.  J’ai par exemple trouvé 2 vélos en aluminium, transmission triple Shimano, pour 500 €: le GITANE GTN 200 et le EXS SYMBOL. Entre 600 et 700 €, l’offre est encore plus large. Certes, ils ne sont pas parmi les plus légers, mais ils conviennent parfaitement pour débuter une pratique de vélo-loisir.

Sur les routes de Lozère

Vient ensuite la tenue de vélo. On peut pédaler en tennis, short, tee-shirt et casquette. Pour l’avoir fait il y a bien longtemps, je peux attester que ce n’est pas l’idéal, et pas seulement au niveau de l’assise. Pour celles et ceux qui ne veulent pas ressembler à un « homme-sandwichs » (femmes-sandwichs !), il y a tout à fait moyen de trouver une tenue adaptée, sobre mais seyante, sans se ruiner. S’agissant de l’ensemble pédales/chaussures, pour moi il n’y a pas photo. Mais je comprends les personnes qui résistent à l’envahissement des pédales automatiques et préférent les bons vieux cale-pieds pour se sentir, selon elles, mieux en sécurité.

Ne pas oublier de s’alimenter. Boire avant d’avoir soif et manger avant d’avoir faim, ce n’est pas un simple propos que colportent les anciens. C’est juste indispensable pour bien vivre sa balade et ne pas le payer ni pendant, ni après la sortie.

 

 

Enfin, même si pédaler c’est quasiment inné – en tout cas, ça ne s’oublie pas – il y a quelques petites choses que l’on doit savoir pour se faire plaisir à vélo, y compris pour la pratique du vélo-loisir.

Le temps maussade que l’on connait en ce moment va bien finir par s’en aller pour laisser place au vrai printemps. Le mois de mai approchant, tous les espoirs sont permis. Préparez-vous donc le mieux possible à remonter sur votre vélo, et démarrez enfin VOTRE saison sportive.

Vélo de course … naturellement !

Vélo de course … naturellement !

Avec 2012, velofcourse.fr entame sa deuxième saison; et moi la 22ème, en cyclotouriste les premières années, avec une licence de cyclosport depuis. Une nouvelle année, c’est la promesse de belles sorties au printemps et en été, de parcours magnifiques dans nos  régions qui offrent des terrains de jeu si diversifiés, de chevauchées au long cours lors des cyclosportives montagnardes de l’été. C’est aussi se fixer des challenges que l’on préparera soigneusement. Bref, c’est l’espoir de retrouver les sensations de la saison écoulée et de n’avoir rien à regretter une fois les premiers frimas de l’automne revenus.

Une sortie de début de saison

Mais avant de se confronter à ses premiers objectifs, avant de retrouver ces fameuses sensations, il faut en passer par une phase de préparation pendant les mois les moins agréables – pour le sport cycliste bien entendu – de l’année. Les kilomètres que l’on a réalisés l’hiver constitue le ciment de nos réussites, ou à tout le moins de notre plaisir, à partir du printemps. Mais, entendons-nous bien, il ne s’agit pas (plus, dirais-je plutôt) de totaliser des kilomètres et des kilomètres en janvier, février, etc… Plus que le nombre de kilomètres, c’est leur qualité qui compte. Ainsi, se réadapter aux heures de selle, retrouver sa position sur sa machine, bien enrouler en moulinant sur le petit plateau au début, penser à pédaler « rond », changer de braquet à bon escient, sans oublier de boire et de s’alimenter, sont quelques uns des « réflexes » à retrouver dès la reprise.

Un certain nombre d’entre nous ont déjà repris le vélo de route début décembre. En fait, mettant fin à leur saison plus tôt, ils calquent plus ou moins leur calendrier sur les coursiers. Cependant, beaucoup considèrent que le 1er janvier sonne le coup d’envoi de la saison, et qu’il est temps de reprendre l’entraînement. J’en fait partie.

Dans les vignes, l'hiver

Après les sorties de VTT en novembre et décembre, la reprise du vélo de route se vit comme un renouveau. C’est ainsi que j’ai fait ma 1ère sortie route hier. La météo exceptionnelle de ce début d’hiver 2011/2012 est encourageant à cet égard. Pour un début, un peu plus de 60 kms cela faisait un peu trop, surtout pour le fessier. Pour moi qui ne suit pas un vrai adepte du VTT, quel plaisir de retrouver le vélo de route, la position sur la machine, le comportement de l’ensemble cadre/roues, le toucher des pneumatiques sur la chaussée. Un parcours quasi plat, avec un vent du Sud assez fort – pour la première partie de la sortie évidemment – me permit de reprendre contact avec le vélo de route, of course !

Les bonnes sensations sont encore loin, le coup de pédale inconstant, mais le plaisir est intact, surtout en l’absence de douleurs aux jambes et au dos. Quelques étirements, une bonne douche, et j’attends la prochaine sortie.

Bonne année 2012 à toutes et à tous.

 

 

La Claudio Chiappucci: au coeur de la Bourgogne

La Claudio Chiappucci: au coeur de la Bourgogne

Samedi 4 juin se déroulait à ARNAY-LE-DUC la cyclosportive « La Claudio Chiappucci », avec la participation sportive de celui que l’on surnomait à l’époque « El Diablo ».  Il s’agissait de la 10ème édition de cette épreuve organisée par l’association « Les Amis de Claudio Chiappucci », sous l’égide de la FFC. J’ai effectué, comme quelque  250 cyclosportifs, le parcours  de 161 kms comptant pour le Trophée de Bourgogne.

Lire la suite Lire la suite

LA BISOU: la « bressane » touch

LA BISOU: la « bressane » touch

J’ai participé ce dimanche 3 avril à LA BISOU, cyclosportive de 135 kms organisée dans l’Ain au départ de Péronnas, commune de la banlieue sud de Bourg-en-Bresse (www.labisou.com). Pourquoi apporter un témoignage de plus sur cette épreuve très appréciée des cyclosportifs du grand Sud-Est de la France ? Tout simplement pour apporter ma petite note personnelle. J’ai envie de relever 2 points marquants. Tout d’abord la qualité de l’épreuve et de son organisation; ensuite le bémol que constitue le départ de la course et les premiers kilomètres.

Lire la suite Lire la suite