Le poids des vélos (1ère partie)

Le poids des vélos (1ère partie)

Depuis que le sport cycliste existe, on a cherché à alléger le matériel. Que de chemin parcouru depuis le vélo de Maurice GARIN, vainqueur du premier Tour de France en 1903, qui approchait les 20 kilos ! Le poids est vécu comme l’ennemi de la vitesse. Toutefois, l’inertie qu’engendre un certain poids, selon son placement dans la machine, a un effet positif – sur un vélo de contre la montre avec roue arrière lenticulaire, par exemple – mais ceci est une autre histoire.

Vélo Clément 1907 avant restauration - Source: velosvintage.over-blog.com

De fait, plusieurs facteurs impactent la performance en cyclisme: les facteurs internes que sont l’alimentation et l’entraînement, les facteurs externes que sont le poids corporel, la tenue vestimentaire, la position sur le vélo, le poids du matériel.

Pourquoi alléger les vélos ?

Dans cet article, nous n’allons nous intéresser qu’au poids du matériel employé sur la route. Mais avant de monter sur nos vélos de course des éléments légers, commençons par nous alléger nous-mêmes. En effet, un moindre poids  permet de diminuer la surface corporelle, ce qui entraîne une réduction du coefficient aérodynamique de traînée.

Quant aux effets du poids de l’équipement, une étude a notamment montré que l’utilisation d’un vélo de 7 kg au lieu de 10 kg (comme il n’y a encore pas si longtemps) permettait un gain au kilomètre de 13 secondes pour un cycliste débutant, et de 7 secondes pour un pratiquant entraîné. Bien évidemment, sur un parcours montagneux, le gain se chiffre en minutes.

Une quête perpétuelle d’allégement des vélos de course

 
Pédalier d'un vélo Zeus de 1977 (trous percés dans les couronnes pour alléger l'ensemble)

 

Les différents matériaux utilisés

Tout d’abord, un petit rappel sur la densité des matériaux utilisés pour la construction des vélos, et pas uniquement des cadres. La densité de l’acier est de l’ordre de 7.5 à 8.1, selon l’alliage, celle de l’aluminium de 2.7, celle du titane de 5, et celle du composite (carbone) varie de 1.4 à 2.5. Il est clair qu’on a peu à peu abandonné l’acier dès que l’on a maîtrisé les autres matériaux ainsi que leurs coûts de production. Aujourd’hui les cadres acier sont peu courants et le titane, dont l’emploi fait appel à une technologie particulière, reste plutôt onéreux. L’aluminium a supplanté l’acier il y a déjà longtemps; et la tendance actuelle est le carbone. Toutefois, il vaut mieux acheter pour le même prix un vélo en alu – ce qui correspond au haut de gamme d’il y a une douzaine d’années – à un vélo en carbone d’entrée de gamme.

Quelques exemples de vélos de coureurs professionnels au cours de l’histoire

– 1907: vélo CLEMENT – 12.5 kg

– 1925: vélo LOUVET J.B. – 12 kg – Eugène CHRISTOPHE

               vélo L’AUTO – 11 kg – Romain MAES

               modèle extra-léger « Tour de France » du catalogue Manufrance – 10.8 kg

– 1949: vélo RIVA Sport – 10.9 kg

– 1950: vélo AUTOMOTO – 9.5 kg – Jacques ANQUETIL (amateur)

– 1953: vélo STELLA – 10.5 kg – Louison BOBET

– 1954/ vélo BIANCHI – 11.4 kg – Fausto COPPI

– 1975: vélo PEUGEOT – 9.75 kg – Bernard THEVENET

– 1982: vélo d’Eddy MERCKX – 9.7 kg

– 2001: vélo LOOK « escalade » en carbone – 7.5 kg – Laurent JALABERT

La réglementation

Alléger les vélos c’est bien, mais quid de de la sécurité ? La diminution du poids des cadres, roues et périphériques ne se fait-elle pas au détriment de la résistance des éléments du vélo ? C’est cette question que s’est posé le comité de gestion de l’Union Cycliste Internationnale (UCI) et qui a aboutit à la Charte de Lugano en 1996. On notera à cet égard que la préoccupation centrale de l’UCI porte sur le maintien de  l’égalité des chances des coureurs. En effet, l’UCI rappelle que « la véritable signification du sport cycliste est d’amener les coureurs ensemble pour rivaliser sur un pied d’égalité et ainsi de décider lequel d’entre eux est physiquement le meilleur« .

 In fine, l’UCI voulant freiner la course aux évolutions technologiques tous azimuts – avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir – a fixé le poids minimum du vélo de course sur route à 6.8 kg.

Sur le site de la FFC, on trouve la réglementation en vigueur. A ce sujet, l’article 10.2.019 stipule: « Le poids de la cicyclette ne peut être inférieur à 6.800 kilogrammes. Le poids minimum se comprend pour une bicyclette (…) en ordre de marche, c’est-à-dire pourvue des accessoires et de freins agissant sur les deux roues avant et arrière. Le pesage s’effectue sur une bicyclette sans bidon, lest ou éléments détachables pouvant alléger la machine après pesage.(…)« .

 

 

 

4 réactions au sujet de « Le poids des vélos (1ère partie) »

  1. Bonjour,
    Je cherche à connaitre la valeur d’un vélo Zeus 2001 en super état, grande taille, ou me renseigner.
    Merci, cordialement.

    1. Bonjour matetsel je voulais vous dire que je suis totalement d’accord avec votre commentaire. Ce site est vraiment génial je pense que tout le monde reve de savoir plein de choses sur les vélos. Un petit conseil: pour nettoyer votre vélo, l’huile de foie de morue est extremement efficace. Vous n’avez qu’a en mettre une bonne dose sur un chiffon propre et astiquer votre vélo en faisant des pause d’une heure entre chaques poses (3 en tout). Voila j’espere que cela vous sera utile!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à la question pour poster votre commentaire, merci.